Enquête citoyenne avallonnais

Enquête citoyenne avallonnais

K – Élections

L’intention de vote au niveau national est de 53%, alors que dans notre enquête, les répondants sont 73 % à vouloir aller voter, soit une différence de 15 points et parmi les 25 % restants, la moitié n’est pas sûre de vouloir participer au vote. Cette différence par rapport aux intentions de vote nationales vient probablement du fait que les sondés ont répondu à une enquête qui a pour but de s’adresser aux candidats.

Il semble que les répondants de l’enquête soient majoritairement au fait des compétences de la Région et du Conseil Départemental.

Nous avons demandé aux enquêtés de faire remonter ce qu’ils souhaitaient demander aux futurs candidats. Cela a suscité de nombreuses réactions concernant le manque de transports en milieu rural, l’accès difficile à des services de santé, l’attractivité du territoire pour les jeunes (activité, etc) et enfin, les questions environnementales qui ne sont pas assez abordées ou, lorsqu’elles le sont, sont déconnectées du territoire. 

Sur les questions environnementales intimement liées au territoire, la question forestière est très présente. La monoculture et les coupes rases sont des inquiétudes quant à l’avenir des forêts.

Témoignages :

“Faire plus de choses pour les jeunes, les étudiants et jeunes travailleurs, rendre l’Avallonnais plus attractif.“

 

“Engagement fort et véritable dans la bataille face aux changements climatiques.”

 

“Arrêter de planter des monocultures de Douglas ou de sapin de Nordmann. Planter des forêts mixtes à majorité de feuillus.“

 

“Se battre, […] réfléchir et mettre en place des systèmes de transport en commun ou en partage, [..] rendre encore plus accessible des moyens de transport (mobylette, scooters). “

 

“Avoir davantage de spécialistes en zones rurales, élaborer un réel plan de formation pour les personnels qui s’occupent des personnes âgées et augmenter leur rémunération.”

 

“Bien qu’elle soit « régionale », je trouve la Région trop éloignée de mon quotidien.”

 

“Qu’ils cessent un peu de s’occuper des villes pour amener un peu plus d’argent dans les campagnes !”